L'histoire de Saint-Lupicin et de Cuttura

 

L'histoire de Saint-Lupicin

Abbè de Condat (+480)

Romain et Lupicin : Deux frères dont les cheminements spirituels et le caractère étaient fort différents, mais bien complémentaires. Plutôt que de s'opposer, ils unirent leurs différences, pour se rejoindre dans un même service de Dieu.

 

Romain avait trente cinq ans lorsqu'il quitta son Bugey natal, n'emportant avec lui que "la vie des Pères du Désert." Il prit son chemin vers l' Est, traversa de grandes forêts et finit par atteindre la Bienne. Il venait de trouver ce qui lui convenait : de la terre labourable, une fontaine, des arbres et du silence. Il vécut là quelques années comme s'il était dans le désert égyptien de la Thébaïde.

 

Puis des disciples vinrent à lui, si nombreux qu'il dût leur bâtir deux monastères distants de 12 kilomètres l'un de l'autre. Condat qui deviendra la ville de Saint Claude, et Laucone qui deviendra Saint Lupicin. Son frère en effet vint le rejoindre, mais attendit son veuvage. Romain garda la direction de Condat et confia Laucone à Lupicin.

 

Romain était indulgent, doux et patient. Lupicin, sévère et intransigeant. Cela composait un heureux mélange. Quand le relâchement s'introduisait à Condat, Lupicin reprenait les choses en main et rétablissait la discipline. Quand les moines de Laucone commençaient à se décourager de trop de rigueur, Romain devenait leur supérieur, les faisant dormir et manger davantage, leur rendant bonne humeur et santé. La gloire de Dieu, dans les deux cas, y trouvait son compte.

 


Illustration: Saint Romain et saint Lupicin - Stalles Cathédrale de Saint-Claude

 

Au Ve siècle, Saint-Lupicin et son frère Saint-Romain se retirent dans le Jura à Condat (futur Saint-Claude) où ils fondent un monastère. Vers 450, Lupicin et son frère fondent une autre communauté à Lauconne (qui deviendra Saint-Lupicin vers 1100) où il meurt en 480. En 790, Saint-Lupicin devient un prieuré de l’abbaye de Saint-Claude.

 

 

Illustration : Plaque découverte en 1689, sous l'autel de Saint-Lupicin, avec un monument de pierre contenant des ossements. Elle peut être datée entre le VIe et le VIIIe siècle et pourrait avoir été gravée à l'occasion d'un transfert du corps de Saint-Lupicin.

 

__________________________________________________________________________________________________________________

 

L'histoire de Cuttura

Cuttura est un village situé à 620m d'altitude, d'une superficie de 595 ha. Les Cutturassiens et Cutturassiennes étaient surnommés "les Queuvettes".
Depuis son origine, un prieuré du 5ème siècle, ce fut "Cultura" et "Couture".

 

La commune se situe dans une sorte d'amphithéâtre ouvert au Sud sur la belle vallée du Lizon et au delà sur les monts-Jura, passant ainsi de 400 m à 900 m d'altitude.

 

Population en 1790 : 335 habitants, en 1846 : 428 habitants.Le premier registre d' état civil apparaît en 1792 et le premier cadastre en 1812.

 

On y produisait  du seigle, de l’orge, du chanvre, de l’avoine, du maïs, du méteil, de la betterave, du blé et de la pomme de terre.
Présents également des élevages de cochons, bêtes à corne et 80 ruches.
Environnement : les tourbières de Grand Essart, taille de pierre, des sablières au lieu-dit les Saugettes, la chaux.

 

Il y avait deux fruitières à fromage pouvant produire jusqu'à 7 tonnes et 3,6 tonnes. Cette production était principalement axée sur le "Bleu de Septmoncel".

 

Les patentables sont 1 aubergiste, 2 cordonniers, 1 maçon, 1 scierie  à une lame sous le pont.

 

On venait aux bords du Lizon pour laver le linge. Le village avait plusieurs fontaines, une source captée sur le chemin vicinal Cuttura - Saint-Lupicin, une fontaine sous le pont en 1904.

 

Cuttura était bien connu au 19ème siècle pour ses tourneries.

 

L'environnement bénéficie d'un lac de Barrage, racheté par la commune en 1992, aménagé pour la promenade, la pêche et la fête du Barrage.

 

Plusieurs sentiers de randonnée permettent de découvrir, au détour d'un chemin, les charmes de Cuttura et du belvédère du Jai, dominant le Plateau du Lizon.

 

Les fontaines rénovées aux Auges ou à la Fontanette, le réservoir de captage sur la Cheneaux, les Gorges du Lizon et le Pont Vieux récemment rénové enjambant la rivière dans un cadre magnifique sont un régal pour les promeneurs et sportifs.

 

Une tourbière est classée "Natura 2000", avec de nombreuses espèces protégées. Pour le plaisir de chacun, Cuttura possède un réseau dense de sentiers traversé également par le GR5.

 

© 2022 Commune Coteaux du Lizon